Circulations animales et zoogéographie en Méditerranée (Xe s. av. J.-C.-Ier s. ap. J.-C.)

Christophe Chandezon, Bruno D’Andrea, Armelle Gardeisen (dir.)

L’histoire des circulations en Méditerranée ancienne s’est longtemps restreinte à celles des hommes et dans le cadre des milieux anthropisés, au détriment des circulations de animaux. L’essor des études animales amène désormais à les intégrer pleinement à cette histoire qui s’insère aussi dans celle des environnements et des sociétés qui les habitent.
Au cours du Ier millénaire avant J.-C., des espèces ont régressé sous la pression humaine (lions, éléphants) voire disparu ; d’autres sont arrivées de mondes lointains, comme le paon ou le zébu, parfois introduites par les hommes indépendamment de leur volonté. Les déplacements de troupeaux ont fondé les élevages. Des espèces sauvages ont migré spontanément, comme les criquets. Les animaux se révèlent ainsi sujets autant qu’objets de l’histoire des faunes méditerranéennes.
C’est cette variété de circulations animales et la façon dont elles reconfigurent la répartition géographique des espèces dans l’espace méditerranéen que cet ouvrage vient étudier, en proposant la première zoogéographie historique de la Méditerranée ancienne. En mêlant archéologie, archéozoologie, histoire, iconographie et philologie, l’étude des faunes, des bestiaires et des différentes formes de circulations permettent d’interroger les phénomènes d’expansion ou de régression des espèces et l’impact de l’action humaine sur ces mutations.
 
Christophe Chandezon est professeur d’histoire ancienne à l’université Paul-Valéry/Montpellier 3.
Bruno D’Andrea, archéologue, est professeur à l’université de Madrid Carlos III.
Armelle Gardeisen, archéozoologue, est directrice de recherche au CNRS (UMR 5140, Montpellier).
CEF 622_CHANDEZON ET AL

Décès de François Poplin

Chères amies, 
Chers amis,
 
Vous le savez sans doute déjà : François Poplin est décédé le samedi 20 avril de cette année. Il a été une figure marquante de la recherche sur les animaux, de l’archéozoologie et l’anthropozoologie. 
Nous nous associons à la peine de sa famille et de ses élèves.
 
Jean-Denis Vigne a rédigé un texte à sa mémoire que vous pouvez lire en suivant ce lien.  
 
L’équipe AniMed

Appel à candidatures

École d’été pour jeunes chercheurs/chercheuses

Regards sur les animaux, de l’Antiquité à la Renaissance :

Observation quotidienne, représentations culturelles, langage symbolique.

L’Université de Strasbourg organise, du mercredi 4 au vendredi 6 septembre 2024, une école d’été sur le thème suivant : Regards sur les animaux de l’Antiquité à la Renaissance : observation quotidienne, représentations culturelles, langage symbolique. Il s’agit de permettre aux jeunes chercheurs intéressés par la présence des animaux dans leurs corpus de recherche, et la manière dont ils sont perçus, décrits et interprétés par ceux qui les mettent en scène, d’analyser comment s’élaborent, sur le temps long, les représentations culturelles de ceux-ci, jusqu’à l’élaboration d’un langage symbolique. L’école d’été permettra de croiser différentes approches méthodologiques (philologie classique, histoire, archéologie, histoire de l’art, littérature, animal studies) et d’aborder différentes époques, de la Grèce antique à la Renaissance, pour mieux percevoir l’évolution des regards sur les animaux et la façon dont la figure de l’animal vient s’inscrire dans les discours. Ce vaste panorama et ce souci d’interdisciplinarité donneront aux participants l’occasion de découvrir de nouveaux outils méthodologiques et champs d’investigation, et de s’insérer dans un réseau international de recherches sur les animaux.

Programme

L’école d’été sera organisée de façon chronologique. Le mercredi 4 septembre sera consacré à la Grèce et à Rome. On y abordera les ‘catégories’ d’animaux, la transmission des connaissances zoologiques, et la façon dont s’élaborent les représentations culturelles, à partir d’une observation précise du comportement de l’animal dans son milieu naturel. Par ailleurs, les représentations iconographiques des bêtes seront analysées en détail, et confrontés à leur mise en scène dans les textes, notamment à propos des scènes de chasse. On s’interrogera sur l’origine des cartons iconographiques et sur les connaissances morphologiques qu’ils attestent.

Le jeudi 5 septembre, on s’attachera aux regards sur les animaux dans la littérature tardive, judéo-hellénistique et patristique. Des études montreront la polyvalence symbolique de certains animaux, comme l’âne, et l’émergence de nouvelles espèces animales et de nouveaux paradigmes explicatifs, dans cette période de transition et de confrontation entre auteurs païens et chrétiens. On analysera notamment la manière dont, dans la littérature judéo-hellénistique et chrétienne, les constructions symboliques autour des animaux s’enracinent en partie dans l’exégèse biblique, et on tentera de préciser comment certaines représentations culturelles des animaux se fixent alors et seront transmises à la postérité.

La journée du vendredi 6 septembre sera consacrée au Moyen-Âge et à la Renaissance. À partir des miniatures du Physiologus grec à l’époque byzantine, on reviendra sur les stratégies iconographiques qui ‘donnent à voir’ les animaux, et on confrontera ces représentations à celles qui apparaissent dans les textes médiévaux, par ex. à propos des savoirs des bêtes et de l’usage que les hommes en font. À la Renaissance, on s’attachera à la question des portraits d’animaux, à travers plusieurs études de cas consacrées à des animaux de compagnie (chiens et chevaux), voire à des animaux sauvages (la panthère), en confrontant les perspectives de l’histoire de l’art, de la littérature et des animal studies.

Une conclusion permettra de revenir sur les principaux acquis de l’école d’été, dans une perspective transversale, et d’annoncer la suite du programme. Un colloque international sur les animaux est prévu à Strasbourg en 2026.

Déroulement

Chaque journée de l’école d’été permettra de croiser différents formats d’interventions. De courtes synthèses méthodologiques introduiront la période envisagée en apportant des outils pour l’analyse. Des ‘études de cas’ seront ensuite proposées aux participants, à partir de dossiers présentant des exemples concrets. Une partie de la documentation sera transmise en amont, pour permettre à chacun de se préparer à la discussion. Enfin, un séminaire sera consacré, en fin d’après-midi, à la présentation des travaux personnels des participants qui le souhaiteront. Ceux-ci auront l’occasion de présenter leurs recherches en cours et de bénéficier des retours des autres participants et des intervenants. Ces échanges permettront de tisser des liens entre les jeunes chercheurs et les spécialistes de différents domaines et de constituer ainsi un réseau autour d’intérêts communs.

Public visé

L’école d’été s’adresse à des étudiants de Master 2, des doctorants et des post-doctorants (ayant soutenu leur thèse depuis 2 ans maximum). Les participants auront un intérêt scientifique pour les animaux, leur perception, leur description et leur interprétation dans leur corpus de recherche. Les langues de travail seront le français et l’anglais, et éventuellement l’italien ou l’allemand. Une participation aux frais de 20 € sera demandée aux participants. Les frais de séjour et de restauration seront pris en charge par les organisateurs (hébergement au CIARUS, au centre-ville de Strasbourg, en chambres collectives), mais pas les frais de transport.

Comment candidater

Les candidat(e)s sont priés d’envoyer avant le 31 mai 2024 les documents précisés ci-dessous à Frédéric Chapot (chapot@unistra.fr) et Maud Pfaff (mpfaff@unistra.fr) au format PDF :

  • Lettre de motivation (maximum 2 pages, Times New Roman 12 points)
  • CV scientifique (maximum 2 pages)
  • éventuellement, bref exposé du projet de recherche qui sera présenté durant l’école d’été (il peut s’agir du sujet de thèse, d’un chapitre de celle-ci, d’un sujet de post-doc, etc)

Les résultats des candidatures seront communiqués pour le 15 juin 2024.

Chères et chers collègues, chères ami.e.s  AniMed

C’est avec grand plaisir que je peux vous annoncer la parution du numéro spécial 2023 de la revue siennoise I Quaderni del Ramo d’Oro. Ce numéro, dirigé par Francesca Prescendi et moi-même, porte sur des phénomènes d’appropriation des corporéités animales dans la production culturelle des sociétés anciennes (“Apparaître en animal / In forma animale”).

Vous pourrez télécharger gratuitement les articles au lien suivant : http://www.qro.unisi.it/frontend/node/296 

Ci-dessous vous trouverez le sommaire du numéro,

Bien cordialement,

Marco Vespa

Marco VESPA, Introduzione. Diventare altro, farsi animale nel mondo antico

p. I

Francesca PRESCENDI, Être semblable aux dieux : quelques réflexions sur la « similitude » entre divinité et animaux dans la culture romaine

p.1

Carmine PISANO, Divinità «simili» a uccelli in Omero: dalla morphéall’agency 

p.18

Doralice FABIANO, Hybridism of Greek River Gods. Animal Traits as « Relational Elements » within the Freshwater Pantheon 

p.35

Alessandra ROLLE, Aegyptiorum more. La dimension politique du thème du zoomorphisme dans la Rome tardo-républicaine

p.59

Beatrice LIETZ, Anagogia, Katagogia et les colombes d’Éryx

p.89

Alessandra SCALI, Specie caeleste resumpta. Serpenti e divinità a Roma: il caso di Esculapio a partire dai Fasti di Ovidio

p.101

Federica LAZZARI, Nomi bestiali? Sull’Apollo Korax cirenaico

p.116

Fabio SPADINI, Quando l’animale nasconde il potere dell’astro. Il caso delle Ciranidi e i nomi segreti dei pianeti 

p.137

Massimiliano DI FAZIO, Popoli del lupo e del picchio. Il ruolo degli animali nella «mitologia» dei popoli italici

p.160

Elena PONTELLI, Lo scudo e il collare. Cervidi nell’antica Etruria

p.184

Michel BRIAND, Les danses du devenir-animal : métamorphoses (et métaphores) comiques chez Sémonide, Aristophane et Lucien

p.210

Rosanna ROTA, Vita da cani e fame da lupo: le caratterizzazioni animalesche di un parassita plautino

p.239

Elodie PAUPE, Coqs, poules, et chapons au service de la satire dans le Gallus pugnans de Vadianus (1514)

p.259

Chères et chers amies et amis  AniMed,

Le réseau AniMed a le plaisir de vous convier à la projection du film

Przewalski, le dernier cheval sauvage

à l’amphithéâtre de Saint Charles 2, Université Paul Valéry, Montpellier,

Sous l’égide de la MSH-SUD et dans le cadre de La MSH SUD fait son cinéma

Le mardi 05 mars à 17h30 en présence de son réalisateur Dominique Garing et des membres du réseau AniMed. La projection sera suivie d’un débat auquel nous serons heureux de vous accueillir !

44ème Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice

Cher·es membres du GDR Bioarchéodat,
Les prochaines Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice auront pour sujet : “Fumier, bouses et guano : ordures ou or brun ? Statut, usage et gestion des déjections animales depuis la Préhistoire ; potentiel archéologique et paléoenvironnemental”.
Vous trouverez ci-joint la première circulaire et le modèle de résumé. Communication (à envoyer avant le 15 février à l’adresse rencontresdenice2024@cepam.cnrs.fr)

Rencontres_Nice_Fumier_circulaire1

RencontresNice_Proposition

L’élevage (re)saisi par les historiens et les archéologues

Les séances du Séminaire « L’élevage (re)saisi par les historiens et les archéologues » (Geolab et Criham, CNRS-FLSH Limoges et ArScAn, Univ. Panthéon-Sorbonne) reprennent en 2024 avec une première séance le 19 janvier : Anne-Lise Binois (ArScAn Paris1), « La douve du foie, un parasite majeur des troupeaux ovins médiévaux (XIIIe-XIVe s.) : présence, perception et prévention »
 

JOURNÉE D’ÉTUDE : L’HOMME ET L’ANIMAL DANS L’HISTOIRE

JOURNÉE D’ÉTUDE : L’HOMME ET L’ANIMAL DANS L’HISTOIRE – Culturelle (herault.fr)

Depuis la nuit des temps, l’homme entretient une relation complexe avec l’animal. Dans le cadre de l’exposition, « Alain Ernoult – La sixième extinction », présentée à Pierresvives du 6 octobre 2023 au 27 janvier 2024, les Archives départementales de l’Hérault organisent une journée d’étude sur cette question épineuse avec des chercheurs issus de différentes disciplines. Des archéozoologues, des historiens, des anthropologues confronteront leurs regards tout au long de cette journée.

Programme :

10h – Cyprien Mureau (archéozoologue), Vianney Forest (archéozoologue-INRAP), « Les évolutions de l’exploitation animale entre Antiquité et Moyen Âge en Languedoc : témoignages archéozoologiques »

10h45 – Sylvain Olivier (historien / vice-président de l’université de Nîmes), « Des animaux et des hommes, dans la vallée du Salagou (XVIIe-XIXe siècle) »

11h15 – Elias Burgel (université de Caen, HisTéMé, UR 7455), « L’anguille fine et l’anguille grossière. Pêche, droit et police dans l’étang de Mauguio au XVIIIe siècle »

12h – Pause repas

14h – Julien Duvaux (archives départementales de l’Hérault), « Documenter l’histoire de la Bête du Gévaudan par les archives de l’Intendance de Languedoc »

14h30- Raphael Mathevet (CEFE-Directeur de recherche au CNRS), « Les sangliers. Géographies d’un animal politique »

15h15 – Frédéric Saumade (Aix-Marseille Université/IDEMEC-CNRS), « Les relations entre l’homme et l’animal : le regard d’un anthropologue »

l’Elevage (re)saisi par les historiens et les archéologues

Le séminaire de recherche sur l’Elevage (re)saisi par les historiens et les archéologues reprend avec deux séances en décembre 2023, à la FLSH de Limoges (Salle 011), ou en visio à cette adresse : https://bbb.unilim.fr/b/soa-aoj-o7h-gfa

Le jeudi 14 décembre 2023 (17h-19h)

Emmanuelle Tisserant (Univ. Toulouse) : « Les vaqueros doivent être Indiens parce qu’on n’a personne d’autre ». Élevage et colonisation en Californie au début du XIXe s. : acculturation, savoir-faire, travail, enjeux économiques, spatiaux, militaires »

Maîtresse de conférence en Histoire, Emmanuelle Perez-Tisserant est spécialiste de l’histoire de l’Amérique du Nord, plus particulièrement du XIXe siècle, et étudie la transformation des politiques hispano-mexicaines, indigènes et américaines après les révolutions du tournant du XVIIIe au XIXe siècle. Elle vient de publier Nuestra California Une histoire politique de la Californie mexicaine. De Zorro à la ruée vers l’or, PUR, 2023.

Le jeudi 21 décembre 2023 (17h-19h) 

Anne Blondeau Da Silva (Univ. Limoges)  : « Quand l’histoire de l’élevage éclaire les récits génomiques »

Maîtresse de conférence en écologie, Anne Blondeau Da Silva a codirigé en 2023 Les Liaisons pastorales. Coévolutions, ruptures, résistances, EdiSens et Réinventer le pastoralisme, Belin. 

Les animaux domestiques ont la particularité d’avoir évolué à l’interface entre les milieux naturels et anthropisés. Ainsi les génomes des différentes races animales (moutons, chèvres, vaches, etc.) ont été modelés par les contraintes environnementales mais aussi les pratiques culturelles et l’histoire des groupes humains qui les élèvent. La lecture des génomes nous délivre des récits passionnants. On découvre les empreintes nucléotidiques des adaptations aux territoires et aux sociétés, mais aussi les traces de profonds bouleversements. Le décryptage de ces signatures génétiques ne peut prendre tout son sens qu’à la lumière des trajectoires historiques et politiques que les populations animales et leurs éleveurs ont été amenés à emprunter.