Le réseau AniMed

La perspective « animale » dans la recherche est au cœur des préoccupations archéo-historiques de l’UMR 5140 Archéologie des Sociétés méditerranéennes depuis 1999, date de la création du groupe de travail « Archéologie de l’animal ». Depuis, plusieurs table-rondes, colloques, rencontres et réunions de travail se sont succédés et leurs retombées tant en terme de productions scientifiques qu’en terme de formation des étudiants de diverses disciplines nous semblent justifier aujourd’hui sa reconduction sous une nouvelle forme. Ces différents événements ont en effet joué un rôle fédérateur auprès des différentes communautés de chercheurs intéressées par la question de la place de l’animal dans les sociétés antiques. L’animal est appréhendé comme un point de vue et non pas comme un programme en soi ; il permet d’aborder des thématiques diverses. Beaucoup sont sociales, économiques ou culturelles, certaines sont environnementales. Les méthodes d’approche associent plusieurs disciplines : histoire, archéologie, iconographie, biologie, médecine vétérinaire, mais aussi archéobotanique et toute autre discipline environnementale. L’expérience acquise a montré le caractère dynamique et constructif de cette approche, les rencontres archéozoologiques jouant un rôle prépondérant dans la formation en attirant des étudiants de toutes origines disciplinaires (histoire, philologie, égyptologie, archéologie, paléontologie, paléoécologie) et géographiques ; ce fait se traduit aujourd’hui par des projets doctoraux inscrits à l’université Paul-Valéry de Montpellier (ASM et CRISES) et souvent financés par des contrats doctoraux. Le point de vue « animal » puise toute son énergie dans la mise en place de programmes de recherche (adossés à la programmation scientifique des deux unités partenaires) qui s’inscrivent en parallèle dans tous les thèmes de recherche du Labex Archimede (Université de Montpellier 3). L’arrivée de jeunes chercheurs venus de l’ensemble de la France et même de pays voisins montre que l’axe ANIMED correspond à un besoin de formation scientifique et a acquis une réputation qui dépasse le bassin scientifique de Montpellier. Concrètement, la vie de l’axe est organisée autour de tables rondes, des rencontres archéozoologiques (la 7e édition se tiendra en 2015), de séminaires conçus au fil de l’eau en fonction de l’actualité scientifique ou traitant de thèmes récurrents tels que (liste non exhaustive) :

  • Les systèmes pastoraux antiques. Ce thème touche une catégorie faunique particulière, celle des animaux domestiques dans leur environnement végétal (naturel ou contrôlé) et sous la pression anthropique (évolution des pratiques zootechniques ; gestion des troupeaux, économie pastorale, etc)
  • Les animaux dans les pratiques rituelles, religieuses, funéraires. Cette perspective peut se nourrir de données toujours plus nombreuses et rarement confrontées les unes aux autres (archéozoologie, iconographie, épigraphie)
  • Les pratiques alimentaires : acquisition, transformation et consommation des produits d’origine animale
  • Lecture des sources documentaires liées à l’archéologie et à l’histoire des animaux dans leurs relations avec les hommes : disciplines archéométriques
  • Taphonomie et conservation des restes d’origine animale (ossements, dents, bois, corne, etc.)